Historique
  •  
  •  

En 2011, la Fondation fête ses 93 ans; le centenaire s’approche ! Le temps passe, les équipes changent, mais l’engagement continue !

Les débuts : Maison « La Mothe ». Un projet d'une maison reconnue par l'Etat, destinée aux jeunes filles adolescentes ayant de gros problèmes d'autonomie, présenté en mars 1917 au Conseil d’Etat du canton de Vaud. Le projet a été accepté puisqu’il répond à un véritable besoin. Le 19 juin 1918, sous l’impulsion de Mmes Curchod et Bergier (femmes de pasteur) et de la doctoresse, Mme Chatelanat, notre Association est fondée.

Mothe1  Mothe2  Mothe3

1920-1939 : De La Mothe aux Mûriers. L'effectif des élèves ne cesse d'augmenter. Un enseignement, en matinée, est dispensé aux plus jeunes.

Muriers1Murieurs2

C'est en 1932 qu'une personne bénévole du Comité commence à assumer un service de suivi après le départ des grands élèves de l'institution.

En 1935, l’institution hérite des biens de M. Louis Tacheron, instituteur retraité, à Ursins. 
1939-1945 : Durant toute la guerre, il n'y a plus d'argent dans les communes. Faute de bras à la maison, les familles hésitent à placer leurs enfants en internat. Pourtant, 23 jeunes filles sont présentes en permanence, leurs familles étant dans l'impossibilité de les assumer. On a gardé des chambres libres pour les visites d'anciennes élèves et, dès 1946, le Dr Bovet, de l'Office médico-pédagogique, est chargé de l'étude des cas particuliers.

En 1953, une école destinée à former un personnel adapté aux établissements éducatifs est créée.

Le personnel se limite alors à 9 adultes pour 42 élèves. La nouvelle directrice fait adhérer Les Mûriers à l'AVOP (Association vaudoise des organismes privés pour enfants, adolescents et adultes en difficulté).

En 1956, le nom de l’institution s’allège et devient simplement « Les Mûriers ». Dès 1958, l'AI est acceptée par le Conseil National. Elle entrera en vigueur en 1960, apportant un appui financier important à l'institution. 1964 : M. et Mme Ehinger sont nommés à la direction de la maison. 

En 1968, M. Schumacher, ancien Conseiller d’Etat et membre de la commission de construction, a trouvé une propriété idéale pour les futurs besoins de Mémise. Il connaissait personnellement sa propriétaire, Mme Hélène Fonjallaz. Une promesse d’achat est signée pour la magnifique propriété du Grand-Verger rebaptisée « Mémise », hébergeant autrefois un pensionnat de jeunes filles.  

1970-1990 : L’Ecole de Mémise  accueille des externes. L'effectif se monte à 42 élèves et 3 places sont réservées pour les cas urgents. 6 groupes sont constitués. Ils sont composés de 6 à 9 enfants, dirigés par 7 éducatrices. Les premiers étrangers sont admis. 

1972 : Mme Cuendet, écrivain, est nommée présidente de l’Association; année qui voit également la création du Service de l'enseignement spécialisé. 

1983 : C'est après presque 20 ans d'activité que M. et Mme Ehinger prennent leur retraite. Le Comité choisit M. Méan comme remplaçant. 

1984 : Le nouveau directeur, M. Méan, prend ses fonctions en juillet. Il est assisté par son épouse. A la suite de la motion «Demaurex», notre institution est analysée par trois délégués du gouvernement. Mémise répond aux besoins du canton, mais doit se moderniser (volume d’air des salles de classe) selon les normes fédérales et cantonales.

1985 : La mixité est introduite.

1986 : Outre la rénovation complète des bâtiments, le Comité étudie la construction d’un nouveau pavillon de classes. Un avant-projet est présenté à l’OFAS qui donne un avis favorable. L’Etat de Vaud a terminé son étude sur les besoins d’accueil. Il s’avère que notre  institution occupe une place indispensable dans l’équipement du canton.

1987 : C'est le départ du président, M. Curchod, remplacé par M. Claudet, municipal à Lutry. Ce dernier crée la Commission de construction d’un  nouveau bâtiment d’école qui doit tenir compte des suggestions du Canton et de l’OFAS. La vente des terrains agricoles d'Ursins se concrétise.

1988: Les demandes d’admission deviennent toujours plus importantes, 32 pour 8 départs, ce qui confirme la nécessité d’agrandir nos moyens  d’accueil. L’idée d’une étude pour changer le statut d'Association de notre Ecole en celui de Fondation a été admise. L’Assemblée générale du 7 juin approuve le projet de statut, proposé par M. Claudet, pour devenir une fondation.


1990 : La construction du nouveau bâtiment scolaire débute le 18 juin.

1992 : Le 28 juin, M. Duvoisin, Conseiller d’Etat, signe la convention entre notre Fondation et son Département. Elle représente un inventaire complet de ce qu’est l’Ecole de Mémise et de quel type d’enfants elle s’occupe. Les règles et usages entrent en vigueur, y compris les aspects financiers. Une autre convention est signée entre la Commune de Lutry et notre Fondation pour définir l’utilisation de l’abri public de la protection civile et les droits d’accès. La Commune permet à Mémise d’utiliser, sous certaines conditions, ces locaux.

1993 : Le 10 mai 1993, le nouveau pavillon scolaire est inauguré en présence du Conseiller d’Etat, M. Duvoisin, d'un représentant de la municipalité de Lutry, ainsi que beaucoup d’autres responsables des différents services fédéraux et cantonaux. 

1994 : M. Aiassa reprend la présidence du Conseil de Fondation, il est depuis 30 ans le témoin de vie de notre institution.

1995 : Le Conseil d’Etat présente le plan Orchidée qui affectera également l'Ecole de Mémise. Des premières restrictions budgétaires doivent être appliquées. Le Canton offre les premiers ordinateurs pour les élèves. 

1996 : Toujours plus de jeunes en difficulté augmentent les demandes d’admission. Première manifestation culturelle dans les nouveaux locaux  scolaires en collaboration avec la Jeune Chambre Economique de Lavaux.

1997 : Cela a été une année d’intenses activitées culturelles : exposition et ventes de tableaux de M.Andreani, dont le bénéfice entier (CHF 13'000.-) est versé intégralement à la Fondation pour financer l'achats de matériel sportif et sociaux-éducatif, concert au temple de Lutry, théatre d’improvisation.

1998 : L'Ecole de Mémise passe totalement au Service de l’enseignement spécialisé. M.Andreani rejoint le Conseil de Fondation en tant que membre.

1999 : Le nombre d’élèves est passé de 36 à 45 dont 25 en internat. L’arrivée de 18 enfants, dont 9 déjà d’un certain âge, pose des problèmes d’intégration. L’Institution compte en 1999, un directeur, trois personnes à l’administration, cinq enseignant(es), huit éducateur(trices), six personnes à l’intendance et quatre personnes paramédicales. Cela fait au total 27 personnes, respectivement 21,5 postes de travail.


2000 : Afin de relancer l’intérêt du public au sujet de la prise en charge spéciale des élèves confiés à Mémise, une commission, présidée par M.Andreani a été nommée par le Conseil de fondation pour réfléchir aux possibilités d’ouverture de l’Ecole vers l’extérieur. Il est envisagé de permettre à des artistes de louer le hall pour des concerts, des expositions, des spectacles, etc. La participation des élèves à ces manifestations est le but de ce projet. En novembre, les élèves donnent une soirée musicale, couronnée par un récital du grand guitariste anglais, Monsieur Simon Dinnigan. La Loterie Romande fait un don pour l’achat d’un bus et d’un ordinateur. Début de la gestion informatique de l’administration par l’achat du programme ProConcept. Les façades des bâtiments sont rénovées. 

2002 : M. Federico D. Adreani, est nommé vice-président. Le premier directeur de l’Ecole de Mémise, M. Georges Ehinger, décède le 19 mai. Suite à l'EVM (Ecole vaudoise en mouvement), l’évaluation des élèves est adaptée aux exigences de l’Etat. Avec 47 élèves nous sommes temporairement en surnombre. Une étude sur 10 ans démontre que 90 % des élèves de Mémise ont acquis une autonomie sociale après avoir quitté l’école. La banque accorde un complément de crédit hypothécaire de Fr. 200'000.– pour couvrir les travaux de rénovation de l’aile Est. 

2003 : M. et Mme Méan font valoir, en 2004, leur droit à la retraite. Le Conseil de fondation doit trouver un  successeur pour le directeur et faire une réflexion concernant l’administration, car M. Cornu a également atteint l’âge de la retraite. Une commission de sélection des candidats a été constituée pour prendre une décision encore en décembre 2003. 

2004 : Le Conseil de Fondation nomme en tant que nouveau directeur M. Serge Tack. Il entre en fonction le 1er août 2004. M. Léonard Composo, enseignant à l’Ecole de Mémise depuis 23 ans, reprend le poste de maître principal. Le peuple suisse accepte, en cette année, par votation, un nouveau régime de péréquation financière entre la Confédération et les cantons. Les institutions sociales ne toucheront plus de subsides de la part de l’AI. Les cantons ont dorénavant l’obligation de couvrir la totalité des excédents de charges. De ce fait, le Service de l’enseignement spécialisé et de l’appui à la formation est l’unique répondant de Mémise. 

2005 : Le président, M. Aiassa, confirme sa décision de quitter le Conseil de Fondation pour raison d’âge. Durant 41 ans, il s’est dévoué pour notre institution, dont 11 ans comme président. Le Comité élit comme successeur M. Federico D. Andreani. M. Cornu, administrateur durant 18 ans, quitte notre institution pour prendre une retraite bien méritée. Le Conseil de fondation confirme l’engagement de M. John Buclin comme nouvel administrateur. Les problèmes de violence s’aggravent. Les offices placeurs nous envoient des enfants non-adaptés à nos structures. Seuls les enfants correspondant aux objectifs et aux possibilités de Mémise seront dorénavant admis. M. Tack crée un site Internet pour Mémise. Le programme de gestion est partagé en étroite collaboration avec la Fondation Verdeil. Une étude démontre que le taux d’encadrement de Mémise est le plus bas sur le plan cantonal, et ceci sans perte d’efficacité. Une Convention de partenariat, à signer par les parents, l’élève et l’école, est instaurée. Pour parer à des interventions d’urgence, un plan financier d’entretien des immeubles a été dressé. La cuisine ne correspond plus aux normes exigées par l’Etat. Elle sert aussi à la formation pratique des élèves. Le Golf du Lavaux remet à Mémise un chèque de Fr. 3'400.–. Deux enseignants présentent un projet de voyage d’études à Paris de deux classes terminales. Durant toute l’année scolaire, les élèves travailleront sur des sujets en relation avec le voyage. Ce dernier a trouvé son financement (Fr. 12'500.–) par des dons et des contributions des élèves.  

2006 : L’Etat a complètement réorganisé la responsabilité de ses services vis-à-vis des institutions. Mémise dépend maintenant presque entièrement du SESAF. Le SPJ n’interviendra plus qu’au sujet de l’éducation. Remise du chèque de la Loterie Romande au Château de Chillon. Les statuts de la Fondation doivent être adaptés à la nouvelle loi fédérale sur les fondations. La rénovation urgente des bâtiments peut commencer début juillet grâce à un don de Fr. 162'000.– de la Loterie Romande. Le chèque a été remis à Mémise lors d’une cérémonie le 11 avril au Château de Chillon. L’OFAS participe à raison de Fr. 60'000.– aux rénovations. Avec un total de Fr. 222'000.–, le financement est entièrement assuré. La commission «Patrimoine» analysera en détail l’état des bâtiments. Remise du chèque du Lions Club Lavaux. Celui-ci remet aux élèves de deux classes terminales un chèque de Fr. 10'000.–. Ce don est affecté à un voyage d’étude pédagogique.  

2007 : Une Association des Amis de l'Ecole de Mémise est créée et ceci sur initiative du Président du Conseil de Fondation (M.Andreani). Son but est la promotion, l'organisation d’évènements et  le développement des activités permettant de faire connaître l'institution et de récolter des fonds destinés à des actions non prises en compte par les budgets de la Fondation.  

2008 : La mise en place de la RPT est un enjeu important tant pour le SESAF que pour toutes les institutions du secteur de l'enseignement spécialisé. Notre Fondation intensifie sa relation avec le SESAF. Mme Sonia Chollet est nommée nouvelle inspectrice pour la région, dont fait partie notre institution. Grâce à des contacts privilégiés avec l'entreprise Emil Frey à Lausanne et au soutien financier de la société DSR, un bus, utilisé pour le transport des sportifs lors des championnats de gym, a pu être racheté à un prix attractif. En Juin, l'AG de l'AVOP s'est tenue à Mémise où plus de 85 présidents et directeurs des différentes institutions et fondations faisant partie de l'AVOP, étaient présents. Après son lancement réussi en 2007, l'Association des Amis de l'Ecole de Mémise (AAEM) organise "une journée portes ouvertes". Plus de 150 personnes se sont déplacées à cette occasion. L'année 2008, l'équipe des éducateurs a subi un renouvellement quasi complet de son effectif. Le patrimoine immobilier nécessite des travaux de rénovation et de mise en conformités importantes. Un dossier est soumis au SESAF dans le context du projet "RPT".

2009 : Cette année, nous avons pris "congé" de trois membres ayant à leur actif plus de 45 ans d'activité au Conseil de Fondation. Il s'agit de Mme Martine BENEDICT, avocate et ancienne juge, de M. Anton SCHNEPF, secrétaire du Conseil, et de M. Philippe ZELLER, ancien Divisionnaire et Vice-Président du Conseil. Lors de la séance du mois d'avril, le Conseil a nommé trois nouveau membres. Il s'agit de Mme Hélène CHATELAIN, juriste, de M. Michel MONOD, notaire et de M. Roberto CAPPONI, géomètre. Au sein du bureau du Conseil, M. Guy-Philippe BOLAY a accepté de prendre la Vice-présidence et M. Roberto CAPPONI le secrétariat du Conseil. Dans le courant de l'automne, le Conseil a soumis un projet au SESAF, proposant la mise en place d'une unité de préformation professionnelle et la mise en place d'une unité d'accueil temporaire durant les vacances scolaires. Durant l'été nous avons entrepris des travaux de mise en conformité ECA de tous nos bâtiments. Une 100 de portes "anti-feu" ainsi l'organisation des couloirs/accès de sortie en cas d'incendie ont été mis en place. On a également profité de mettre à jour le réseau électrique dont l'ampérage ne correspondait plus aux normes.  Ces travaux ont pu être réalisé grâce au financement du SESAF qui nous a mis à disposition une enveloppe de CHF 250'000.-.

status maison deducationMurieurs trousseau
Les dirigeants de l'Association et de la Fondation


Présidentes et Présidents de l'Association "Maison vaudoise d'éducation", La Mothe, Les Mûriers, Mémise

  • 1980-1987  M. Curchod, Vevey
  • 1971-1980  Mme Cuendet, Chardonne
  • 1964 -1971 M.Rapin, Grandson
  • 1960-1964  Mme Favre-Genier, Peseux
  • 1959-1960  Mme Klein, Grandson
  • 1956-1959  Mme Duplain, Grandson
  • 1955-1956  Mme Du Pasquier, Lausanne
  • 1947-1955  Mme Porchet, Lausanne
  • 1935-1947  Mme De Bloney, Grandson
  • 1928-1935  Mme Berguer, Lausanne
  • 1925-1928  Mme Chatelanat, Veytaux
  • 1919-1925 Mme Curchod, Vevey

Présidents de la Fondation Ecole de Mémise

  • 2014 -           M. Jean-Pierre Mottu, Lutry
  • 2011-2014  M. Guy-Philippe Bolay, Lutry, Président ad intérim
  • 2004-2011  M. Fédérico Andréani
  • 1993-2004  M. Georges Aiassa, Lausanner
  • 1977-1993  M. Claudet, Lutry

Directrices et Directeur de l'Ecole

  • 01.10.2013  M. Michel Wosinski
  • 2013-2013  M. Michel Clerc (ad intérim, Mémise)
  • 2004-2013  M. Tack (Mémise)
  • 1984-2004  M. Mean (Mémise)
  • 1965-1984  M. Ehinger (Mûriers et Mémise)
  • 1963-1965  M. Auberson (Mûriers)
  • 1954-1963  Mlle Estoppey (Mûriers)
  • 1925-1954  Mlle Kernen (Mûriers)
  • 1924-1925  Mlle Wenger (La Mothe)
  • 1919-1924  Mme Doleyres (La Mothe)

Membres d'honneur

  • M. Christophe Gessner, Lutry (2015)
  • M. Federico Andreani, Ollon (2012)
  • Mme Martine Bénédicte, Paudex (2009)
  • M. Georges Aiassa, Lausanne (2006)
  • Mme S. Cuendet, Chardonne (1981)
  • M. F. Rappin, Grandson (1978)
  • Mme M. Favre-Genier, Peseux (1978)